Diaporama

#44 The Mortal Instruments - Renaissance - Tome 1 : La princesse de la nuit

Auteur : Cassandra Clare
Edition : PKJ
Nombre de pages : 806

       Après le meurtre de ses parents, Emma Carstairs rejoint l'Institut des Blackthorn pour devenir une redoutable Chasseuse d'Ombres. Et quand des crimes similaires sont découverts, elle est décidée à retrouver l'assassin et à se venger.

       Mais dans sa quête de vérité émergent de nombreuses questions : que veulent dire ces étranges inscriptions sur les corps ? Pourquoi l'Enclave leur a-t-elle interdit de chercher le coupable ? Et surtout, pourquoi ses pouvoirs de parabatai deviennent-ils aussi puissants en présence de Julian ?





       Cinq ans après la guerre obscure créée par Sebastian Morgenstern, Emma Carstairs découvre un nouveau cadavre avec les mêmes inscriptions que celles sur les corps de ses parents. Une coïncidence ? Elle décide avec Julian Blackthorn de mener l’enquête malgré les interdictions de l’enclave. Seulement, ce n’est pas le seul souci qui va se mettre sur leurs chemins... Julian n’est plus pareil. Pourquoi ? Emma ne va pas tarder à le découvrir à ses risques et périls.

       Quelle joie de retrouver cet univers que j’adore tant. J’avoue que cela va être difficile de pas résumé la chronique sur ALLER VITE L’ACHETER, ou COUP DE CŒUR ABSOLUUUUUUUUUUU. Donc je vais faire au mieux pour rendre une chronique correcte qui va, j’espère, vous donner envie de découvrir l’univers des chasseurs d’ombres qui se déroule à plusieurs époques : Voir The Mortal instruments et The Mortal Instruments — Les origines. Bon je conseillerai de lire Les Origines d’abord car il a beaucoup de références de chaque saga dans chaque roman. Les petits clins d’œil agréable quand on a lu tous les TMI. Bref passons.

       Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec ces protagonistes après six tomes au côté de Clary et Jayce (The mortal instruments) car on ne les a aperçus que vers la fin et ils n’étaient encore que des enfants. Là, on a affaire à deux adolescents qui ont bien grandi. Mais j’avoue que je me suis bien attaché. Julian ressemble étrangement à mon copain en plus de ça donc autant vous dire que je l’adore autant qu’Emma et tous les autres Blackthorn qui sont vraiment agréables à découvrir. De plus, Clary, Jayce, Alec et Magnus ne sont jamais loin et je dois dire que cela m’a fait plaisir d’en entendre parler dans ce roman. Vous savez cette impression de parler d’amis du passé, des souvenirs et tout ? Eh bien, j’ai eu cette impression quand ils ont donnés des nouvelles. 

       Cassandra Clare à un don pour l’écriture, cela ne fait aucun doute. Son univers est vraiment entraînant, au point que j’ai lu ces 800 pages en même pas trois-quatre jour. Les personnages ne montrent jamais réellement leurs visages et c’est plaisant de les découvrir en même temps que le reste du groupe car oui, ici, on ne suit pas que 3 personnages voir 4 mais toutes une famille qui se bat pour rester ensemble, soudé et qui s’entraide. L’amour familial est vraiment touchant, chaque geste, chaque parole font qu’on s’attache à chaque personnage un peu plus. On n’en survole aucun, on apprend à les connaître, à savoir leurs mimiques comme si nous étions, nous aussi présent auprès d’eux. Parfois, on veut les consoler, leur donner des conseils ou encore leur donner des coups de pieds aux fesses. Le seul hic que j’ai trouvé dans ce roman (mis à part l’erreur d’impression), c’est que j’ai trouvé que l’Enclave est plus naïve sur ce coup-ci... Bon plus un mensonge est énorme, plus c’est facile à avaler mais quand même. Je la trouvais plus dure dans les sagas précédentes.. 

       La plume est fluide, l’humour est toujours à son rendez-vous même dans les temps sombres. Et bien sûr, CC joue pas mal avec les sentiments des protagonistes ! J’adore ce sadisme même si parfois, on a envie de les réveiller ! Mais bon, cela ne serait pas vraiment drôle si cela ne se passait pas comme ça... De plus, on découvre un autre point de vue : celui du petit peuple. Elles ont été bannies suite à la guerre, et on découvre un peu plus leurs univers à travers les yeux de Kieran et Mark. Un monde intéressant et sournois quand on s’y attarde de plus près en fin de compte. 

       Je suis passé par pas mal de sentiment en lisant ce roman, non pas parce que je suis fan de cette auteure, mais parce que l’ambiance, l’attachement ont fait que c’était limite obligé. J’ai versé quelque larme, j’ai eu quelques pincements au cœur,  de l’adrénaline et j’en passe. C’est un voyage auprès des personnages, on a l’impression de la vivre avec eux.

       Le gros plus, cela a été sûrement l’ennemi, qui personnellement m’a énormément touché. Vous savez les « ennemis » qui ont un but, une histoire derrière. Vraiment, j’ai eu mal au cœur par ce qui se passe pour lui quand il révèle un peu plus ses motivations... Cela a été le bouquet final de ce roman et il a juste été grandiose, comme à son habitude.

       En résumé, si vous n’avez pas commencé The mortal instrument, je ne peux que vous conseiller cette saga. Elle ne ressemble pas à la série Netflix qui n’est qu’inspirée et donc, ne suit pas la trame donc vous n’avez pas été spoil dans tous les cas. La vengeance est un plat qui se mange froid, Emma va le découvrir. Entre amitié, amour, vengeance, humour, combats et enquête avec des protagonistes touchants, vous n’allez pas être au bout de vos surprises.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire