Diaporama

#58 The Dark gates of terror

Auteurs : Frédéric Livyns, Christophe Huet
Edition : Séma
Nombre de pages ; 89



        Dark Gates of terror vous propose, le temps de six histoires, de revisiter l’esprit comics cher aux mythiques Creepy et Eerie.

        Affrontez un terrible démon au cœur d’une station spatiale, visitez les légendaires Carpathes, explorez de sombres grottes cachées au cœur de la jungle, fuyez devant vos propres démons... La peur se décline de multiples façons, sur Terre ou dans l’espace.

        Chaque histoire est illustrée par Christophe Huet, dans la plus pure tradition du genre, véritable invitation à franchir les Portes Noires de la Terreur.



        Merci aux éditions Séma.

        Ce roman comporte six nouvelles :

Dualités : 

        Où nous avons affaire à un personnage possédé par une entité malsaine qui va faire des choses assez horribles tout de même.

        Cette nouvelle me fait penser à l’ambiance et l’histoire de Jack l’Éventreur. Mais je l’ai trouvé trop prévisible, ce qui est bien dommage.



Symphonie Roumaine :  

        Un journaliste part en Roumanie pour un scoop surnaturel mais il va vite redescendre son excitation...

        Cette nouvelle est inspirée de la légende de Dracula mais clairement revisitée. C’est une des nouvelles que j’ai le plus apprécié. Elle a une ambiance sombre et angoissante.



Démon de Wishou : 

        Un explorateur va trouver la tombe d’un dieu. Cependant, vous connaissez bien les malédictions des Égyptiens avec ceux qui profanent les tombes... Donc je vous laisse imaginer la suite... 

        Original et intéressante pour tout fan d’Égypte comme moi.



Beast and guns : 

        Les habitants doivent faire face à une menace inconnue.

        Cette nouvelle fait partie de celles que j’ai le plus aimées comme dit plus haut. Elle est captivante et les personnages sont vraiment intéressants à suivre.



La planète mémoire : 

        Une planète qui sert de musée pour les plus beaux trésors de la Terre. Un conservateur maladroit libère une créature... 

        Cette histoire est originale mais si vous vous attendez à du gore, je vous laisse passer votre chemin.



Et la dernière, l’horreur de Slaughthouse Street

        Un cambrioleur pénètre dans une maison, il va trouver des trésors (et même que les propriétaires vont l’aider à chercher... Non je déconne.), les gardiens de chaque trésor vont lui proposer un marché pour pouvoir l’avoir... 

        Une histoire qui m’a clairement dégouté... J’avoue avoir eu énormément de mal à finir car ma phobie est plutôt présente. L’auteur joue avec les phobies de notre cambrioleur et prend un certain plaisir à le faire.



        Les illustrations présentées pour chaque nouvelle sont vraiment belles et les représente bien, elle ancre les faits racontés donc on sait à peu près à quoi s’attendre au final dans chaque nouvelle. Cependant, elles montrent aussi l’horreur qui va dérouler devant nos yeux. Bon, j’avoue ne pas avoir été effrayé par la plupart des nouvelles mais plutôt amusé par l’ambiance que l’auteur provoque avec les faits qu’il énonce. Il s’inspire de légendes urbaines avec différents environnements, j’ai vraiment apprécié ce petit mélange qui donne vraiment quelque chose d’original. 

        J’ai déjà lu pas mal de romans de Frédéric Lyvins et je n’ai jamais été déçue. La plume est toujours aussi fluide et agréable à lire et je dois dire que cet auteur est plutôt doué pour tous les genres littéraires qu’il a écrits.

        En bref, ce recueil de nouvelles est très agréable à lire, enfin agréable est un grand mot : L’ambiance est pesante et peut parfois faire peur, on craint même d’aller à la page suivante. Malgré tout, je conseille à tout fan de légende urbaine : L’auteur revisite à sa manière et ce n’est pas pour déplaire. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire